Le port obligatoire de chaussures de sécurité : une nécessité pour la protection des travailleurs

La sécurité au travail est un enjeu majeur pour les employeurs et les salariés. Le port de chaussures de sécurité, rendu obligatoire dans certaines situations, constitue un élément essentiel de cette protection. Cet article aborde les différentes facettes du port de chaussures de sécurité, en expliquant les raisons de cette obligation et en présentant les normes et réglementations en vigueur.

Les raisons justifiant le port de chaussures de sécurité

Les chaussures de sécurité sont conçues pour protéger les pieds des travailleurs contre divers risques liés à leur environnement professionnel. Parmi ces risques, on peut citer :

  • Les chutes d’objets lourds ou coupants pouvant provoquer des blessures graves (fractures, écrasements, perforations).
  • Les glissades ou trébuchements sur des surfaces glissantes ou inégales.
  • L’exposition à des substances dangereuses (produits chimiques, solvants, hydrocarbures) pouvant causer des brûlures ou des irritations cutanées.
  • Les contacts avec des objets chauds ou froids pouvant entraîner des brûlures thermiques ou des engelures.
  • Les risques électriques, notamment lorsqu’il existe un danger d’électrocution par contact direct avec une source d’énergie électrique.

Ainsi, le port de chaussures de sécurité est une mesure de prévention qui vise à réduire les accidents du travail et à assurer la santé et la sécurité des travailleurs sur leur lieu d’emploi.

La réglementation relative au port de chaussures de sécurité

Le port de chaussures de sécurité est encadré par plusieurs textes législatifs et réglementaires, tant au niveau national qu’européen. Parmi ces textes, on peut notamment citer :

  • Le Code du travail, qui prévoit que l’employeur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs (articles L. 4121-1 et suivants).
  • Le règlement (UE) 2016/425 du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2016 relatif aux équipements de protection individuelle (EPI), qui établit les exigences essentielles en matière de santé et de sécurité que doivent respecter les EPI, dont font partie les chaussures de sécurité.
  • La norme EN ISO 20345:2011, qui définit les exigences techniques pour les chaussures de sécurité destinées à protéger contre les risques spécifiques mentionnés précédemment.
Autre article intéressant  Les lois encadrant le rachat de crédits : un guide complet

Ainsi, l’employeur a l’obligation de fournir gratuitement des chaussures de sécurité adaptées aux risques encourus par les travailleurs dans l’exercice de leurs fonctions. De leur côté, les salariés ont l’obligation de porter ces équipements conformément aux instructions reçues de leur employeur.

La sélection et le choix des chaussures de sécurité

Le choix des chaussures de sécurité doit se faire en fonction des risques identifiés dans l’évaluation des risques professionnels réalisée par l’employeur. Cette évaluation doit notamment tenir compte :

  • Des caractéristiques du poste de travail (nature des tâches, environnement, présence de substances dangereuses, etc.).
  • Des exigences en matière de confort et d’ergonomie pour les travailleurs (taille, forme, matériau, souplesse, etc.).
  • Des normes et certifications applicables aux chaussures de sécurité (EN ISO 20345:2011, marquage CE, etc.).

Afin d’aider les employeurs et les salariés à choisir les chaussures de sécurité les plus adaptées à leurs besoins, plusieurs niveaux de protection sont définis par la norme EN ISO 20345:2011 :

  • SB : chaussures de sécurité de base avec embout résistant à un choc d’une force de 200 joules.
  • S1 : chaussures SB avec en plus une semelle antistatique et une absorption d’énergie au niveau du talon.
  • S1P : chaussures S1 avec en plus une semelle anti-perforation.
  • S2 : chaussures S1 avec en plus une résistance à la pénétration et à l’absorption d’eau.
  • S3 : chaussures S2 avec en plus une semelle anti-perforation et une semelle à crampons.

Il est donc essentiel de sélectionner des chaussures de sécurité conformes aux normes en vigueur et offrant un niveau de protection adapté aux risques spécifiques du poste de travail.

Autre article intéressant  Le choix du CFE adapté à votre projet de création d'entreprise

Les obligations et responsabilités des employeurs et des salariés

En matière de port de chaussures de sécurité, les employeurs ont plusieurs obligations :

  • Fournir gratuitement des chaussures de sécurité conformes aux normes en vigueur et adaptées aux risques du poste de travail.
  • Informer les salariés sur l’utilisation correcte des chaussures de sécurité et veiller à leur port effectif.
  • Assurer la maintenance, le contrôle et le remplacement des chaussures de sécurité en cas d’usure ou de détérioration.

De leur côté, les salariés ont également des obligations :

  • Porter les chaussures de sécurité conformément aux instructions reçues de l’employeur.
  • Signaler tout problème, défaut ou usure constaté sur les chaussures de sécurité.
  • Ne pas modifier ou altérer la structure ou les caractéristiques des chaussures de sécurité sans l’accord préalable de l’employeur.

Le non-respect par l’employeur ou le salarié de ces obligations peut entraîner des conséquences juridiques (sanctions administratives, pénales ou civiles) et financières (indemnisation en cas d’accident du travail lié au défaut ou à l’absence de port de chaussures de sécurité).

Le port obligatoire de chaussures de sécurité est un élément essentiel pour assurer la protection des travailleurs contre les risques professionnels. Il résulte d’une réglementation stricte et implique des obligations pour les employeurs et les salariés en matière de fourniture, d’utilisation et de maintenance de ces équipements. Le respect de ces obligations contribue à réduire le nombre d’accidents du travail et à garantir la santé et la sécurité des travailleurs sur leur lieu d’emploi.